L’univers du Diamant

Comment l’Industrie Minière Coexiste avec la Nature dans la Récupération Naturelle des Diamants

Les compagnies minières ont montré qu’il était possible de vivre dans un monde où l’exploitation minière est essentielle sans avoir un impact négatif sur notre environnement naturel.

By |

Credit photo: Arctic Canadian.

|

Lors d’une conférence de l’American Gem Society en avril, un géologue de l’Ecole des Mines du Colorado a déclaré au groupe que “tout ce qui n’est pas cultivé sur Terre est extrait dans des mines”. Plus je réfléchissais à cette affirmation, plus je réalisais à quel point elle était fondée. Les matières premières de presque tout ce que nous utilisons sont extraites de la Terre. Qu’il s’agisse de votre téléphone portable, de votre ordinateur, de la plaque de plâtre de votre maison, des tuyaux dans vos murs, des équipements de terrain de jeu, des panneaux solaires ou des bicyclettes, chacun de ces articles et d’innombrables autres sont fabriqués à partir de matériaux extraits du sol. Les preuves montrent que les humains ont commencé à exploiter les mines il y a 40 000 ans. Alors, comment pouvons-nous continuer à vivre dans un monde où l’exploitation minière est essentielle sans avoir un impact négatif sur notre environnement naturel ? Les mineurs de diamants ont montré que c’était possible. 

diamond mining environment canada nature landscape

Le Canada est le troisième plus grand producteur de diamants au monde. La plupart de ces diamants sont trouvés dans la toundra des Territoires du Nord-Ouest, au nord du 60ème parallèle, près du Cercle Polaire. En arrivant ici, on est frappé par l’immensité et la beauté du paysage sans arbres, parsemé d’un nombre infini de lacs. “Le pays du soleil de minuit”, comme on l’appelle ici, car pendant plusieurs semaines en été, le soleil ne se couche jamais complètement. En revanche, si vous le voyiez en hiver, ce même paysage serait une interminable couche de glace et de neige, et le soleil ne ferait que rarement son apparition. 

diamond mining environment canada nature caribou

Dans cet environnement vierge, on trouve la première mine de diamants du Canada, Ekati, qui signifie “Gros Lac” dans la langue locale Tlicho. Les travaux d’exploration et de développement ont commencé en 1981, et Ekati a officiellement produit pour la première fois des diamants en 1998. La mine d’Ekati et ses environs ont été le point central de ma visite. En discutant avec les employés de la mine, les représentants du gouvernement, les habitants et les chefs des communautés indigènes de la région, j’ai compris que le fil conducteur était la fierté. Fiers que le bien de luxe le plus désirable au monde provienne de leur région et soit récupéré d’une manière qui serve d’exemple aux industries minières du monde entier.

exati diamond mine

Jonas Sangris, ancien chef de la Première Nation Dénée, se souvient de l’époque où les diamants ont été découverts dans la région. Sangris était chef du peuple Déné à l’époque de la première découverte de diamants au Canada et a participé aux négociations avec le gouvernement et l’industrie pour ouvrir les mines. Il se souvient que la région n’a tiré que peu, voire pas du tout, de bénéfices d’autres exploitations minières avant cette époque. Cependant, après la découverte des diamants, il s’est assuré que cela change. En collaboration avec tous les intervenants concernés, ils ont pu établir des plans pour l’exploitation de la mine dans le respect du peuple Déné et de l’environnement. Les mines de diamants du Canada sont maintenant reconnues comme des chefs de file mondiaux en matière de développement durable, et la norme Vers le développement minier durable (VDMD) de la Mining Association of Canada est un programme de durabilité reconnu mondialement qui aide les sociétés minières à gérer les principaux risques environnementaux et sociaux. Avant qu’un projet d’extraction de diamants puisse commencer, une commission d’examen indépendante effectue une évaluation environnementale complète afin d’atténuer les impacts environnementaux au moyen de divers outils et mesures.

L’un de ces outils est la création d’un accord socio-économique (ESE). Les ESE définissent les engagements et les prévisions d’une entreprise concernant son impact, dont les progrès sont continuellement surveillés et publiés dans un rapport annuel destiné au gouvernement des Territoires du Nord-Ouest.

diamond mining environment canada

L’environnement vierge des Territoires du Nord-Ouest et sa préservation sont une force vive pour la population locale qui a fait pression dans les années 1980 pour une protection environnementale forte et des réglementations qui semblaient en avance sur leur temps. En se promenant dans la zone minière, cette beauté est partout. Une famille de loups avec trois louveteaux nouveau-nés s’était installée près de la mine. Essayant de nous approcher de plus en plus près, les employés de la mine nous rappellent que nous devons garder une distance spécifique, sans aucune interférence. Ce point est devenu évident un peu plus tard lorsqu’un grizzly a été repéré errant dans une zone non loin de l’endroit où les loups s’étaient installés. La plupart des gens voudraient faire tout ce qu’ils peuvent pour protéger les oursons nouveau-nés du grizzly, qui est extrêmement proche. Pourtant, à l’instar des photographes de la nature, même notre instinct de protection ne peut compromettre une politique d’ingérence zéro. Il a été réconfortant d’apprendre, des semaines plus tard, que les oursons avaient survécu à l’ours et se portaient bien.

Par le passé, dans une mine de la région, la nidification d’un oiseau sur le côté d’une mine et la proximité des nids avec les opérations avaient nécessité l’arrêt de l’exploitation minière dans cette zone jusqu’à ce que le processus de nidification de l’oiseau soit terminé et que l’oiseau migre naturellement. Même dans des cas comme celui-ci, qui pourraient coûter des millions de dollars, l’environnement passe avant tout. Lors du suivi pour obtenir plus de détails sur la nidification des oiseaux, un document de dix pages a été partagé, qui détaille et documente tous les oiseaux près de chaque mine. Le document est étayé par des photos et des vidéos de surveillance qui prouvent que les opérations ont été arrêtées ou modifiées dans tous les cas pour éviter de perturber les oiseaux qui nichent à proximité ou dans les mines. Ce détail montre clairement qu’aux yeux d’un mineur de diamants canadien, même un corbeau ordinaire passe avant les diamants. L’attention et le soin accordés à la population d’oiseaux se retrouvent chez tous les animaux indigènes de la région.

diamond mining environment canada birds nature

Les animaux sont loin d’être le seul aspect environnemental pris en compte. La terre et l’air sont tout aussi importants. Si toutes les exploitations minières nécessitent de creuser, d’exploiter, de déplacer de la terre et, d’une manière générale, de modifier le paysage, les mines de diamants se distinguent par la manière dont elles restaurent la terre à la fermeture des mines. Une partie de l’accord signé avant l’ouverture des mines exige que de l’argent soit mis de côté chaque année sur un compte bloqué, ce qui représente des centaines de millions de dollars pour la remise en état. Cet argent ne peut être utilisé que pour remettre le terrain dans son état antérieur après la fermeture de la mine. C’est déjà le cas dans les mines de diamants qui ont entamé le processus de fermeture.

À Ekati, tout le processus de récupération des diamants a été expliqué. Le minerai de kimberlite, la roche dans laquelle se trouvent les diamants, est récupéré dans la mine et traité sur place en utilisant uniquement de l’eau. Une série de techniques de récupération, allant de la pression aux aimants spéciaux et à l’éclairage infrarouge (pour n’en citer que quelques-unes), est utilisée pour libérer les diamants emprisonnés à l’intérieur. Selon une étude de 2017, 83 % de l’eau utilisée pour la récupération des diamants est recyclée. Une fois les diamants séparés de la kimberlite, les diamants sont vendus, et la kimberlite est stockée à côté de la mine, utilisée plus tard dans le processus de fermeture et de remise en état. Ce processus d’une simplicité déconcertante permet d’obtenir la plus petite empreinte possible, mais les experts en environnement, les géologues et les autres scientifiques de la mine cherchent continuellement à l’améliorer.

Les émissions de carbone constituent l’empreinte environnementale la plus importante de l’industrie de l’extraction du diamant. Toutefois, même cet aspect est atténué par une taxe sur les carburants et une taxe sur le carbone versées au gouvernement canadien pour aider à compenser les effets du carbone. En outre, la mine de diamants Diavik, dans les territoires du Nord-Ouest, a installé son parc éolien, qui fournit désormais environ 10 % de ses besoins énergétiques. Pour ajouter du contexte à cet impact, une étude réalisée par TruCost en 2017 a combiné les données des principaux mineurs de diamants du monde et a estimé que les émissions de carbone d’un diamant naturel d’un carat, de la mine au doigt, ont un impact carbone similaire à la fabrication de trois iPhones.

Depuis 1996, les mines de diamants des Territoires du Nord-Ouest du Canada ont apporté plus de 24 milliards de dollars à l’économie. Près de 17 milliards de dollars sont allés aux entreprises locales et 7,5 milliards de dollars aux entreprises locales appartenant à des autochtones. En visitant les mines et en parlant avec les habitants, vous quittez les Territoires du Nord-Ouest avec une nouvelle appréciation des mineurs de diamants du Canada. Contribuer positivement à l’économie en mettant l’accent sur les populations autochtones et locales et sur l’environnement naturel est sans aucun doute un exploit, mais le faire d’une manière qui respecte, protège et restaure l’environnement est ce qui fait de l’industrie diamantaire canadienne un chef de file des pratiques minières durables et un exemple à suivre pour les autres compagnies.