Italians Do It Better: L’Héritage Diamantaire des Gismondi

Seven generations later, the Gismondi family continues in its commitment to the family business, specializing in exceptional natural diamonds.

By |

Sept générations se sont succédées et la famille Gismondi poursuit son engagement dans l’entreprise familiale, spécialisée dans les diamants naturels d’exception. 

Written by LAURA RYSMAN
Photographed by BILLY BALLARD


Les Gismondi sont des gens bien. Parmi les nombreux clients fidèles, dont Angela Bassett, une visite à la boutique de la marque italienne à Portofino pour découvrir leurs extravagances diamantées comprend un déjeuner avec Massimo et Stefania Gismondi. 

« J’ai grandi dans la boutique de bijoux familiale, » déclare Massimo. « À dix ans, quand on me demandait ce que je voulais faire plus grand, j’avais déjà la réponse. Astronaute ? Pompier ? Non. Je répondais que je voulais reprendre l’entreprise familiale. » Je l’ai fait. 

Massimo, prêt à aller travailler, dans un blazer écru à chevrons, est assis dans les bureaux officiels de Gismondi, le Palazzo Centurione 1550 à Gênes, un palais dont les fresques datant de la Renaissance sont encore intactes au plafond. Les fenêtres du siège donnent sur la rue où se trouve le magasin familial historique. En 2011, Massimo, qui a suivi une formation de gemmologue, a laissé l’échoppe de quartier à son oncle et à sa tante et a ouvert une boutique Gismondi à Portofino, puis une autre dans la destination de ski huppée de Saint-Moritz. Il y a désormais une boutique à Prague, des revendeurs aux États-Unis et au Moyen-Orient ainsi qu’une collaboration de Gismondi avec le groupe Baglioni d’hôtels cinq étoiles en tant que joaillier attitré. De modeste magasin proposant de petites pièces de joaillerie, ainsi que de la porcelaine et de l’argenterie pour la clientèle de Gênes, Massimo a transformé Gismondi en une maison de joaillerie de renommée internationale qui compte des clients parmi les stars d’Hollywood.


Massimo et Stefania Gismondi avec leur fils Matteo à Portofino.

La ville de Gênes a été une puissance maritime pendant des siècles, possédant une grande richesse et rendant les commerçants locaux très importants, favorisant le commerce pour les artisans et les marchands de luxe. Les racines de l’entreprise Gismondi remontent à cette période de prospérité. Massimo appartient à la septième génération de la famille. Le premier, Giovan Battista Gismondi, est né en 1754 (d’où le nom complet de la marque : Gismondi 1754) et a fait son apprentissage dans un atelier de joaillerie dès l’âge de neuf ans. Dans son propre atelier, il cisèle de la vaisselle en argent fin pour la famille régnante des Pamphili, ainsi que pour le pape Pie VI. En 1880, Giuseppe Gismondi a transféré l’établissement familial sur la Via Galata, où il se situe toujours, et où Massimo lui-même attendait les clients jusqu’à ce qu’il s’attèle à donner une portée internationale à la maison, avec des boutiques dans des lieux de villégiature et des chefs-d’œuvre de haute joaillerie ornés de pierres précieuses. Il a pu mettre en œuvre ses propres visions de l’expansion, et ses créations en diamant.

Massimo Gismondi, PDG de Gismondi.
Collier Gismondi VITA avec une tanzanite de 56,37 carats accompagnée de 59,21 carats de diamants et un diamant de taille poire de 4 carats.

Le collier Raggio di Sole, un somptueux pendentif de diamants sur une chaîne composée d’autres diamants, représente le soleil avec un énorme diamant jaune en forme de poire de 5 carats, d’où jaillissent des rayons en diamants jaunes et blancs. Il pèse près de 44 carats en tout et est le fruit de plus de 600 heures de fabrication. Selon Massimo, cette création est une célébration à la vie et a été conçue après la perte de sa mère ; les rayons de soleil sont un signe de la renaissance continue de la terre.

La famille de Stefania, l’épouse de Massimo, tenait un magasin de vêtements à quelques rues de la boutique Gismondi. Comme beaucoup d’habitants du quartier, ils étaient des clients de longue date. « J’ai toujours aimé les bijoux, » me dit Stefania, avec ses yeux verts brillants. Aujourd’hui, c’est elle qui dirige le marketing de Gismondi. « C’est encore plus amusant maintenant parce que Massimo m’a confié ses secrets de joailliers et m’a montré toutes les étapes de la création, ce qui me permet de l’apprécier encore plus. » Un bracelet Gismondi Vela, composé de diamants et de maillons en or, glisse autour de son poignet. « Et je dois le porter souvent. »

Juste à l’extérieur du palais, Massimo prend quelques spécialités locales – une pile de focaccia fraîches de la boulangerie, quelques tartes aux légumes typiques de la Ligurie – et nous nous dirigeons vers leur résidence dans les collines de Gênes pour le déjeuner. À l’entrée, nous sommes accueillis par une ménagerie d’animaux domestiques : quatre chats et quatre chiens, tous adoptés et sauvés. « Nous sommes des amoureux des animaux, » me dit Massimo en souriant et en haussant les épaules.

Le collier Gismondi Raggio di Sole avec un diamant blanc en forme de poire de 27,83 carats et un diamant jaune de 16,04 carats.

À l’intérieur, au-dessus de la cheminée, des moules anciens sont suspendus. Ils servaient autrefois à couler la vaisselle en argent du magasin Gismondi. Il y a également des étagères contenant des miroirs en argent vieux de plusieurs siècles provenant de la collection du magasin et d’autres cadres affichent des photos de famille du couple et de leur fils Matteo, aujourd’hui âgé de seize ans et étudiant en cinéma. (Il n’a pas encore manifesté un intérêt aussi précoce que celui de Massimo pour la poursuite de l’entreprise familiale).

Nous sommes assis à l’ombre de grands chênes, avec une vue sur Gênes et le bleu cyan de la baie. La table du déjeuner est dressée avec de la porcelaine fleurie et des délices génois, Stefania apporte un bol de tomates fraîchement cueillies dans leur jardin. La piscine à côté de nous brille au soleil, tout comme la bague Raggio di Sole ornée de diamants, grosse comme un biscuit, que Stefania a enfilée.

Stefano Rocca nous rejoint à la table – c’est un ancien de Bulgari, il y a tout connu depuis les débuts en tant qu’entreprise familiale à Rome jusqu’au son statut de géant international. Il aide Massimo à développer Gismondi, en tant que Directeur des opérations. Stefano me raconte qu’au cours de longs repas (beaucoup de pasta al tonno et de spaghetti all’amatriciana), ils ont commencé à définir les valeurs de la marque – des valeurs directement issues de l’enfance de Massimo au magasin, avec ses idéaux familiaux et son sens du service de proximité et une humanité peu commune dans les entreprises qui cherchent à se faire une place dans le monde. Ils citent le « bonheur » et « l’humilité » parmi leurs valeurs fondamentales.

« La question n’est pas de savoir combien nous gagnons, explique Stefano, mais plutôt si nous faisons bien ce travail et si nous pouvons continuer à le faire avec la même attention, la même passion et le même enthousiasme. » Il mord dans une tranche de tomates cultivées par les Gismondi, hochant la tête en signe de satisfaction.

Massimo et Stefania Gismond

Depuis 2019, Gismondi est une société cotée à la bourse de Milan et, l’année dernière, son développement à l’international a permis d’augmenter les ventes de près de la moitié par rapport à l’année précédente. Stefano m’assure que Gismondi est destinée à devenir une grande maison de joaillerie sur la scène mondiale.

« La transformation d’une simple bijouterie en une marque mondiale de bijoux de qualité et de luxe a été rapide » explique Massimo, un carré de focaccia à la main. Et pourtant, « la force vitale sur laquelle repose toute l’entreprise vient de là, du magasin, d’un contact très étroit avec les clients. Nous voulions absolument conserver ce modèle de boutique de quartier et en élargir l’échelle. » Un client peut venir et dépenser un demi-million de dollars – un prix qui n’est pas rare parmi les créations les plus spectaculaires de Gismondi – ou seulement 2 000 dollars pour un article plus simple ou un objet personnalisé. « Ils n’achètent pas seulement un beau bijou, » explique Massimo. « Ils achètent un service et une attention particulière, et je ne pouvais pas supporter de perdre cela ; c’est ce qui me satisfait le plus, et c’est ce que les clients recherchent aujourd’hui, en particulier les clients fatigués de l’expérience des grandes marques. »

« SI L’ITALIE EST AUJOURD’HUI EMINENTE DANS LES DOMAINES DU DESIGN, DE L’ART, DE LA GASTRONOMIE ET DE LA MODE, TOUTE CETTE CREATIVITE EST LE FRUIT DE NOS 2000 ANS D’HISTOIRE. »

Massimo enfile une tenue entièrement blanche et nous roulons une heure le long de la côte, de Gênes jusqu’à Portofino où se trouve une boutique Gismondi. Ville de carte postale qui était autrefois un village de pêcheurs, Portofino est aujourd’hui bordée d’un ensemble de maisons aux couleurs pastel et lumineuses qui bordent le rivage. Les boutiques de Louis Vuitton, Dior, Ferragamo et d’autres grands noms de l’univers du luxe s’y côtoient, et le port est rempli de yachts et de voiliers de croisière. Lorsque nous arrivons, une habitante a sorti ses jumelles pour observer le spectacle des touristes depuis le palier de son escalier – le genre de touristes qui fréquentent les boutiques de haute joaillerie comme Gismondi.

Les nouvelles constructions sont interdites à Portofino, qui fait partie d’une réserve naturelle s’étendant de Rapallo à Camogli de part et d’autre. Les eaux sont turquoise et pures, les restaurants sont anciens et la boutique Gismondi occupe l’un des petits entrepôts du port où les pêcheurs rangeaient autrefois leurs filets et leur matériel, laissant apparaître la roche naturelle brute des murs. Suspendus aux murs, on aperçoit des coffres aux trésors où les bijoux de Gismondi brillent et séduisent les passants aux yeux écarquillés, attirés comme des papillons de nuit par les diamants qui projettent des prismes de lumière dans toutes les directions.

Massimo me présente les boucles d’oreilles Genesi dans leur vitrine : de grands tourbillons dessinés avec une ligne de petits diamants ronds, parsemés de diamants en forme de poire qui augmentent en dimension : une forme dérivée de la formule de Fibonacci décrivant le taux de croissance du nombre d’or de la Nature.

Stefania Gismondi

La vie de famille inspire nombre des créations de la maison. Après que Stefania m’ait servi une flûte de champagne pour l’apéritif, Massimo sort sa pièce la plus distinguée à ce jour : le collier Vita, composé d’un ruban de diamants qui fait le tour du cou avant d’étreindre délicatement une tanzanite de 56 carats qui semble flotter dans un tourbillon de diamants, sans pinces ni serti, une innovation dont la mise au point a duré six mois. Étonnamment léger dans mes mains grâce aux sertissages métalliques méticuleusement minimisés de Gismondi, je l’essaie, le col s’évase pour dévoiler les diamants qui tombent en cascade de mon cou et même avec ma chemise en lin, je me sens soudain comme Elizabeth Taylor.

Le collier Vita honore Matteo et la volonté du couple de soutenir leur fils tout en lui laissant une totale liberté dans la vie (à 16 ans, il est déjà parti étudier à Florence). Massimo, le PDG et directeur de la création de l’entreprise, me dit que les clients de Gismondi « achètent aussi cela : non seulement un beau bijou, mais aussi ce qu’il représente – un morceau de mon cœur. » Les gens dépensent des fortunes pour des œuvres d’art, souligne-t-il, « parce qu’elles ont une énorme résonance émotionnelle pour eux. Il en va de même pour les bijoux. »

Bagues Gismondi en diamants naturels blancs et jaunes.

Massimo privilégie les diamants naturels. Il estime que l’énergie nécessaire pour la production de diamants synthétiques n’est pas assez verte. Il reste donc attaché aux diamants naturels provenant de sources responsables et certifiés par le processus de Kimberley, car le diamant synthétique « est l’antithèse du luxe. » Comme pour l’art, acheter un Van Gogh n’est pas comparable à l’achat d’une simple copie.

Les créations de Gismondi sont fabriquées à Valenza, la capitale italienne de l’artisanat de la haute joaillerie, où Bulgari, Cartier, Gucci, Van Cleef & Arpels et d’autres grandes marques produisent leurs bijoux. Et tandis que certains ont expérimenté une production à moindre coût dans des pays de l’Est, Gismondi a récemment acheté à LVMH une usine artisanale à Valenza, garantissant ainsi son accès à des artisans qualifiés et assumant sa « responsabilité sociale, » comme l’appelle Massimo, pour soutenir le savoir-faire et la culture italienne qui ont nourri sa vision. « Si l’Italie est aujourd’hui éminente dans les domaines du design, de l’art, de la gastronomie et de la mode, toute cette créativité est le fruit de nos 2000 ans d’histoire, » affirme-t-il.

Massimo et Stefania Gismondi avec leur fils Matteo à Portofino. 

Matteo nous rejoint à la boutique de Portofino pour le dîner, il a les mêmes yeux que sa mère et la même chemise en lin que son père. Alors que nous partageons une assiette de calamars frits, Stefania nous raconte des histoires de livraisons de dernière minute à certains de leurs célèbres clients : Beyoncé, Cardi B, Salma Hayek, Venus Williams, Alicia Keys, Gwyneth Paltrow et bien d’autres encore, qui ont souvent besoin de bijoux conçus en accord avec leurs tenues extravagantes. Alors que certaines grandes maisons versent des sommes colossales à ces stars pour qu’elles portent leurs bijoux, Stefania explique qu’au lieu de les sponsoriser avec de l’argent, la mission de Gismondi est de « les rendre heureux. Les grandes marques ne referaient pas une pièce pour eux. Mais nous, nous pouvons le faire. » Stefania et Massimo disent à l’unisson. « Ils comprennent alors qu’il y a une famille derrière cette marque, qu’il y a certaines valeurs. »