L’univers du Diamant

L’Education: la Clé de l’Emancipation des Femmes Africaines

Une exploitation minière responsable et éthique contribue à construire des écoles et à donner de l’autonomie aux femmes et aux filles en Afrique, déclare Noëlla Coursaris Musunka, collaboratrice d’honneur, mannequin et philanthrope.

L’Education: la Clé de l’Emancipation des Femmes AfricainesPicture courtesy of David M Benett, Getty Images
Picture courtesy of David M Benett, Getty Images

En temps de crise, nous nous sentons obligé de réévaluer ce qui est le plus important pour nous. Alors que nous essayons de revenir à un certain degré de normalité après le confinement mondial, nous tentons de prendre tous des décisions prudentes concernant nos vies et la façon dont nous travaillons, nous socialisons et nous voyageons. Mais alors que nous décidons vers où nous tendons à aller personnellement, il est temps aussi de réfléchir plus attentivement au cheminement parcouru par les biens que nous achetons et s’ils contribuent ou pas à un monde meilleur et plus équitable. 

L’Afrique est un continent extrêmement riche en ressources et il paraît normal que les africains puissent en bénéficier. De nombreuses leçons sont à tirer sur la façon dont l’exploitation minière est réalisée car quand elle est correctement exécutée, elle est extrêmement bénéfique aux populations locales. Une exploitation minière responsable et éthique permettra d’améliorer la vie des femmes et de leurs communautés, tout en stimulant la croissance économique. L’exploitation minière apporte non seulement des opportunités d’emploi, mais aussi un accès indispensable aux soins médicaux et à l’éducation – le manque d’écoles pose problème dans de nombreux pays africains, et affecte plus particulièrement les filles.

L’apprentissage mène aux carrières professionnelles

Un bon exemple sur la façon dont l’exploitation minière peut avoir un effet positif sur les opportunités offertes aux femmes et aux filles, se trouve au Botswana, où l’impulsion financière de l’industrie du diamant a eu un impact considérable sur ce qui était autrefois l’un des pays les plus pauvres du monde. La richesse en diamants a révolutionné le PIB du Botswana et les investissements dans la santé, l’éducation et les autres infrastructures ont apporté d’innombrables avantages.

En normalisant l’éducation pour tous les jeunes, y compris pour les filles, quelle que soit leur situation financière, les conditions de vie d’une personne grandissant au Botswana ont complètement évolué. Au lieu d’effectuer des tâches ingrates pour subvenir à leurs besoins dès leur plus jeune âge, avec peu de perspectives d’amélioration de leur situation, les botswanais bénéficient désormais d’une éducation gratuite pour tous avec la possibilité d’une carrière bien rémunérée à la clé.

Il est primordial de donner aux filles les moyens de se prendre en charge grâce à l’éducation dès leur plus jeune âge. Garantir l’égalité des chances et créer un écosystème qui leur permet d’atteindre leur plein potentiel aura un effet prolongé sur des communautés et des pays entiers. Au Botswana, cela se traduit déjà par un pourcentage très élevé de femmes actives et dont nombreuses occupent à des postes à responsabilités.

«En normalisant l’éducation pour tous les jeunes, y compris pour les filles, quelle que soit leur situation financière, les conditions de vie d’une personne grandissant au Botswana ont complètement évolué.»

Malheureusement, il n’en va pas de même pour toutes les régions d’Afrique. Dans mon pays de natal, la République démocratique du Congo (RDC), j’ai vu de mes propres yeux les effets néfastes de l’activité d’extraction de minerais non régulée qui a conduit à certaines violations des droits de l’homme. J’ai fondé l’organisation à but non lucratif Malaika en 2007 pour donner une chance aux jeunes filles en RDC qui avaient été abandonnées et abusées sexuellement. Depuis lors, nous avons construit une école très dynamique pour les filles et un centre communautaire où les adultes reçoivent des cours d’alphabétisation, tous deux gratuits et ayant un impact sur des milliers de vies par an. Malaika est un ensemble composé d’une école, d’un centre communautaire, de puits et d’un programme en agriculture, et – surtout – est un modèle qui peut être reproduit à l’échelle mondiale. En tant qu’ONG privée, l’importance d’un modèle local est cruciale pour l’impact de Malaika, ce qui souligne l’importance des infrastructures locales dans le monde de la production minière des communautés à travers l’Afrique.

Une solution locale dans chaque collectivités

Quel que soit le pays dans lequel les compagnies opèrent, il est essentiel de se pencher sur les besoins de chaque communauté afin de respecter toutes les coutumes, l’histoire et la topographie locales. En RDC, par exemple, nous ne pouvions pas ouvrir notre école avant de nous être assurés que les besoins les plus élémentaires de la population étaient assouvis. Nous avons donc construit une infirmerie pour les élèves, et 20 puits pour fournir de l’eau potable à 30 000 personnes chaque année pour l’ensemble de la communauté. Une fois ces besoins de première nécessités assouvis, l’éducation est la clé essentielle pour libérer le potentiel de l’Afrique et transformer ce continent en un où tous les enfants ont droit à une scolarité gratuite et où tous les adultes ont la possibilité d’avoir un emploi sûr et bien réglementé. C’est pourquoi avoir 452 000 enfants scolarisés chaque année au Botswana est une lueur d’espoir pour tout le pays.

Il incombe à la fois aux gouvernements et aux entreprises de contrôler les chaînes d’approvisionnement pour s’assurer que chacune des étapes du processus de production soit équitable et réglementé. Nous avons besoin que les industries technologiques et automobiles, ainsi que celles du textile et de la joaillerie, donnent aux acheteurs une transparence totale sur chaque maillon de la chaîne de fabrication. Il nous appartient ensuite, en tant que consommateurs, de faire pression sur ces entreprises et de “voter” avec nos porte-monnaie en soutenant les entreprises qui traitent leurs salariés équitablement.

La sécurité pour tous 

L’exploitation minière peut être une force positive. L’extraction de diamants à grande échelle par les membres du Natural Diamond Council (NDC) est extrêmement bien contrôlée. Il s’agit d’un schéma pour les activités d’extraction minière responsable à suivre et il est important de s’assurer que les exploitations minières de petite échelle ou artisanales soient légalisées et soutenues. Ce secteur est essentiel pour améliorer la vie du peuple africain, en conséquent les meilleures conditions devraient être garanties aux ouvriers et aux communautés. 

Crédit Photo: De Beers Group

L’exploitation minière crée des emplois sur le terrain dans toute l’Afrique. En assurant l’éducation pour tous, en renforçant l’autonomie des femmes et en veillant à ce que la main-d’œuvre locale soit correctement formée et protégée, nous nous engageons sur la voie de l’établissement d’une industrie durable qui contribue à la santé et au bonheur de tous.

Il est bien entendu vital de remettre l’économie mondiale en marche. La productivité économique est essentielle, il ne s’agit donc pas nécessairement d’en faire moins, mais simplement de faire les choses correctement. Tout comme nous devons tous prendre soin de nous-mêmes et de nos proches, nous devons également nous assurer que tous nos achats et investissements soient éco-responsables et qu’ils puissent redonner une accréditation aux communautés .

Noëlla Coursaris Musunka est fondatrice et PDG de Malaika, une organisation à but non lucratif qui donne aux jeunes filles congolaises et à leurs communautés les moyens d’accéder à des programmes d’éducation et de santé.