Diamants d’Exceptions

Le Black Orlov : L’Histoire Incroyable du Diamant Maudit.

Le diamant noir Orlov est porteur d’une histoire étonnante et énigmatique.

Ce diamant a-t-il été l’objet d’une malédiction ? Comme beaucoup d’autres mystères autour des diamants, l’histoire du Black Orlov, le 7ème diamant noir le plus gros du monde, ressemble comme deux gouttes d’eau à un film d’horreur hollywoodien. L’histoire est pleine de rebondissements, de personnages hors-normes, de conspirations, de zones d’ombres et de mensonges. Avec tous ces mystères, le joyau légendaire ne cesse d’intriguer et d’attirer.

Le Black Orlov : un Rendez-Vous Manqué aux Oscars.

Hollywood, 2006. Gros Plan sur la chambre de Felicity Huffman. La très célèbre actrice se prépare pour la cérémonie des Oscars. Elle est un peu nerveuse car sa performance dans Transamerica a suscité beaucoup d’intérêt. Gros plan sur son cou. Malgré les récentes spéculations, l’actrice ne porte pas le Black Orlov. Après être resté dans l’ombre pendant plusieurs décennies, le tristement célèbre diamant noir, le Black Orlov, est réapparu l’année dernière lors d’une exposition à Londres. Une merveille naturelle spectaculaire de 67,49 carats, entourée d’une couronne de lauriers en diamants et suspendue à un collier de 126 diamants, cette pièce mérite tous les Oscars. Et pourtant, la star de Desperate Housewives semble avoir changé d’avis. Était-ce une prémonition ?

Hollywood, un peu plus tard dans la soirée. Reese Witherspoon rentre chez elle avec la statuette dorée tant convoitée. Mais si Felicity Huffman avait porté le collier, son malheur aurait pu s’avérer bien pire qu’une défaite à la cérémonie des Oscars. Bien que la couleur du magnifique diamant soit plus proche du gris métallisé que du noir, sa réputation, elle, est très sombre.

Lire la suite: Le Collier de Marie-Antoinette : le joyau de « Lupin »

Felicity Huffman at the Academy awards
Felicity Huffman à la cérémonie des Oscars, 2006 © Francis Specker via Alamy
academy awards
Statuettes des Oscars du cinéma ©PA Images via Alamy

Un Diamant Noir Indien se Retrouve en Russie

Retour en arrière. Inde, 19ème siècle. Un moine hindou vole un diamant noir de 195 carats sur la tête d’une statue de Brahma à Pondichéry. En raison de son emplacement particulier, la pierre avait été surnommée « Œil de Brahma ». Voler l’attribut sacré de la divinité de la création est rarement une bonne idée, surtout lorsque celui-ci est un diamant naturel. L’histoire officielle veut que le moine voleur fût assassiné très rapidement après son forfait. Même si certains doutent de l’existence même du moine, les rumeurs persistantes assurent que Brahma envoie des mauvais sorts à tous ceux qui osent prendre possession de son précieux diamant. « Œil pour œil » pourrait-on dire.

Statue du dieu Hindou Brahma ©Peter Horree via Alamy
the black orlov diamond necklace history
Le Black Orlov © 2006 Christie’s Images Limited

Les origines du Black Orlov sont troubles. Beaucoup des plus grands gemmologues affirment que l’Inde n’est sûrement pas le lieu d’origine du diamant, car c’est un pays qui ne produit pas de diamants noirs. De plus, les esprits sceptiques soulignent que les Hindous ne sont pas vraiment attachés à la couleur noire. Mais à défaut d’être avérée, l’histoire est trop belle pour ne pas perdurer. Comment le diamant noir a-t-il atterri ensuite en Russie et qui plus est dans les mains de la Princesse Nadia Vyegin Orlov ? Voilà un autre mystère. À ce moment de l’histoire, le diamant qui était connu sous le nom d’Œil de Brahma est rebaptisé Black Orlov. Pourtant il n’y a aucune trace de l’existence d’une certaine Princesse Orlov, à cette époque en Russie.

the black orlov diamond necklace history
Le Black Orlov © Bruno Vincent via Getty Images

Responsable de trois suicides… Ou d’aucun ?

Le Black Orlov est supposé responsable de trois suicides au cours de la première moitié du 20ème siècle. Le premier concerne un diamantaire européen, prénommé J. W. Paris, qui a emporté le précieux diamant aux États-Unis en 1932. Peu de temps après avoir vendu le diamant, la légende raconte qu’il se jeta d’un gratte-ciel de la Cinquième Avenue. Bien que cet homme fasse partie intégrante de l’histoire du diamant, il n’y a absolument aucune trace de cet évènement tragique, ce qui n’aide pas à rétablir la vérité sur l’histoire du diamant noir.

Quinze ans plus tard, deux princesses russes –toutes deux anciennes propriétaires du Black Orlov – subissent le même sort que J. W. Paris et deviennent victimes de la tristement célèbre malédiction du diamant. Les deux membres de la famille royale avaient fui la Russie pour l’Europe occidentale, et auraient toutes deux mis fin à leurs jours en 1947. Mais, comme pour les autres, leur identité est quelque peu incertaine. La première princesse se prénommait Leonila Galitsine-Bariatinsky. Mais la seule personne portant ce nom en Europe était déjà décédée depuis 1918, en Suisse, à l’âge de 102 ans. Quant à la deuxième princesse, elle s’appelait aussi Orlov. Et il est vrai qu’une princesse du nom de Nadezhda Petrovna Orlov vivait en Europe à l’époque. Pourtant, elle aurait eu plus de 80 ans – ce qui est un âge peu commun pour qu’une femme se suicide à cause d’un chagrin d’amour, comme le raconte la légende. Dans l’ensemble, l’histoire du Black Orlov ne tient pas debout.

La princesse Irina Nikolaïevna Orlova et son frère ©Universal Art Archive via Alamy
Gratte-ciel de New-York ©The New York Public Library

Une légende digne d’une série-télé

Histoires inventées de toute pièce, superstitions et coups de pub. Seules les légendes les plus sombres peuvent rivaliser avec un diamant noir d’un tel éclat. Voilà une histoire encore plus édifiante : Dans les années 50, un certain Charles Wilson acheta le joyau et décida ensuite de briser la malédiction en coupant le diamant en trois morceaux. Le diamant que nous connaissons aujourd’hui est celui de taille coussin mais la localisation des deux autres diamants reste une énigme à part entière.

Heureusement ou mystérieusement, aucun autre décès n’a été associé au diamant depuis la mort des deux princesses. Dennis Petimezas, propriétaire du diamant de 2004 à 2006 a déclaré « ne s’être jamais senti en danger, ni même nerveux à l’idée de détenir le Black Orlov. » Et c’est probablement la vérité.

L’histoire étrange de ce magnifique diamant noir pourrait aisément être adaptée en série télévisée à suspense où le public s’interrogerait jusqu’au bout sur le sort des malheureux propriétaires de la pierre maudite. Une chose est sûre, si Hollywood décide un jour de produire la légende du Black Orlov, il serait juste de faire appel à Felicity Hoffman. Sans le vouloir, l’actrice a porté chance au diamant maudit. Estimé auparavant entre 100 000$ et 200 000$, le joyau s’est vendu 352 000$ aux enchères chez Christie’s Magnificient Jewels, quelques mois après que l’actrice ait changé d’avis et peut-être même le cours de son destin.