Diamants d’Exception

Les 6 plus Célèbres Diamants Maudits

Tout diamant naturel a une histoire riche et intense, mais certains ont un passé plus difficile que d’autres.

By |

Ces histoires de diamants maudits se lisent comme une tragédie grecque.

Tenteriez-vous le sort en portant un diamant maudit, une pierre connue pour avoir contribué à la chute de dynasties et laissé sur son passage une traînée de mort et de destruction ?
Et si c’était le diamant Hope, un diamant bleu de 45,52 carats dont les propriétaires ont connu la ruine financière, le suicide et même la décapitation ? Ou le Sancy, un beau diamant jaune de 55,2 carats qui a été un jour avalé par un serviteur et récupéré sur son cadavre ? (Ne vous inquiétez pas, le Hope et le Sancy sont aujourd’hui conservés en toute sécurité dans des musées et ne peuvent nuire à personne).
Depuis leur première découverte, les diamants sont imprégnés de pouvoirs mystiques. Formés au cours de milliards d’années dans les profondeurs de la terre, il est facile de croire que les diamants possèdent une énergie cosmique. Et si cette énergie est généralement positive (les diamants sont censés guérir, protéger et transmettre l’intrépidité) – après tout, ils sont le symbole universel de l’amour et de l’engagement -, certaines pierres sont réputées pour leur mauvais karma.
Ces histoires de diamants maudits font l’objet de romans à suspense et confèrent à cette pierre un caractère encore plus intriguant et mystique.

Le Diamant Hope

The cursed hope diamond

Au cours de ses 350 ans d’histoire, le diamant Hope est devenu l’un des diamants maudits les plus célèbres. Après avoir été volé et retaillé, il aurait contribué à la chute et à la mort de ses propriétaires. Découvert en Inde en 1673, il s’agissait à l’origine d’un diamant bleu de 115 carats. Parmi ses propriétaires figuraient le roi Louis XIV et Marie-Antoinette (dont les histoires ne se sont pas bien terminées).

En 1839, la pierre a été achetée par Henry Diamond Hope, qui lui a donné son nom. À sa mort prématurée, sa famille l’a vendue pour rembourser ses dettes de jeu. Le joaillier Wilhelm Fals a acquis le diamant et, peu après, son fils l’a tué, a pris la pierre et s’est ensuite suicidé.
Cela n’a pas effrayé la jeune héritière Evalyn Walsh McLean qui a acheté le diamant maudit. Mais attention à l’acheteur : Elle a dû faire face à des pertes inimaginables, notamment la mort de son fils à l’âge de 9 ans et de sa fille à 25 ans. Sans compter qu’après l’avoir quittée, son mari est devenu fou et s’est éteint.

Les héritiers de Mme Walsh McLean ont vendu la pierre à Harry Winston, qui, après avoir fait le tour du pays avec le fameux diamant, a pris la sage décision d’en faire don au Smithsonian Museum. Il a expédié l’inestimable diamant au musée par la poste américaine pour 2,44 $ de frais de port. Peut-être voulait-il simplement s’en débarrasser.

Le Diamant Sancy

L’histoire macabre du Sancy remonte au XVIe siècle. Trois de ses propriétaires royaux – le roi de Bourgogne Charles le Téméraire, le roi d’Angleterre Charles Ier et le roi de France Louis XVI – ont connu une mort atroce après avoir pris possession de la pierre. Au fil des siècles, elle a été mise en gage pour financer des guerres, volée et a disparu pendant des décennies.

Au début des années 1600, le diamant a été baptisé du nom de son propriétaire de l’époque, Nicolas de Harlay, Seigneur de Sancy, qui était ministre des Finances du roi Henri IV. Alors que le fidèle serviteur de Sancy livrait le diamant à son nouveau propriétaire, le roi Jacques Ier, il fut attaqué par des voleurs et, plutôt que de renoncer au trésor, il l’avala. Le pauvre homme fut tout de même assassiné, et le diamant fut plus tard retiré de son cadavre.

Lorsque le roi Jacques Ier a eu besoin d’argent, il a vendu le diamant à la famille royale française, et pendant la Révolution française, il a été volé. Il réapparut dans les mains d’un prince russe, changea de mains plusieurs fois encore et, en 1906, fut acquis par William Waldorf Astor comme cadeau de mariage pour Lady Astor, qui le porta sur un diadème. En 1978, la famille Astor a vendu pour un million de dollars le diamant au Louvre, où il se trouve toujours.

Le Black Orlov

The Black Orlov cursed diamond

Le Black Orlov était un diamant maudit dès le départ. Le diamant noir original de 195 carats était autrefois l’œil d’une statue hindoue de Brahma datant du XIXe siècle. Le moine qui avait volé la pierre de la statue a été assassiné. Un mauvais présage, c’est le moins qu’on puisse dire.

On n’a pas su où il se trouvait pendant des décennies jusqu’à ce que le bijoutier J.W. Paris achète le diamant en 1932. Ses affaires ont échoué, et il s’est suicidé en sautant d’une tour de New York. Curieusement, deux membres de la famille royale russe ayant possédé le diamant et se sont tous deux jetés dans la mort. Un brave Charles F. Wilson a acquis le Black Orlov en 1950 et l’a fait retailler à 67,50 carats. Il a été vu pour la dernière fois lors d’une vente aux enchères chez Christie’s en 2006. Espérons que le nouveau propriétaire aura eu beaucoup plus de chance.

Le Koh-i-Noor

Koh-I-Noor Diamond

Découvert au XIVe siècle, le Koh-i-Noor est passé entre les mains de plusieurs maharadjahs, dont aucun n’est resté au pouvoir très longtemps. La pierre a acquis sa notoriété lorsqu’elle a appartenu au célèbre souverain moghol, Shah Jahan, qui a construit le Taj Mahal. Il a fait placer l’énorme diamant de 186 carats dans son célèbre trône en forme de paon. Mais avant de pouvoir en profiter, il a été renversé et emprisonné par son propre fils. Un siècle plus tard, lorsque le commandant perse Nadir Sjah s’empara de la région, il la déclara “Koh-i-Noor” (ou montagne de lumière). Il portait le diamant maudit dans son brassard.

Un siècle plus tard, lorsque les Britanniques ont pris le contrôle des comptoirs commerciaux de l’Inde, la pierre aurait été offerte à la reine Victoria (la question de savoir s’il s’agissait d’un cadeau ou d’une simple sortie du pays a été débattue). En 1911, elle l’a fait sertir dans la couronne impériale, un pari sûr étant donné que la malédiction de la pierre est censée n’être fatale qu’aux hommes ; cette couronne a été réservée aux femmes royales. Un texte hindou sur le diamant datant de 1306 dit : Seul Dieu ou une femme peut la porter en toute impunité. Espérons que les princes Charles et William liront le mémo.

Le Régent 

The Regent Diamond

Le diamant du Régent a connu des débuts macabres. Au XVIIIe siècle, un esclave indien découvre la pierre et l’emporte dans une blessure qu’il s’est lui-même infligée à la jambe. Un commodore anglais qui avait promis de l’aider à faire sortir clandestinement le diamant maudit d’Inde l’a assassiné et s’est emparé de la pierre.

Le régent français Philippe II d’Orléans, qui lui a donné son nom, a acquis le diamant maudit de 140,6 carats. Comme de nombreux bijoux importants de l’époque, il a disparu pendant la Révolution française et a finalement refait surface sur l’épée de Napoléon Ier (ce devait être une arme lourde). La malédiction a suivi l’empereur : Après avoir perdu la bataille de Waterloo, il a été exilé et isolé sur une minuscule île de l’Atlantique Sud où il est mort à 51 ans.

Le Diamant Moon of Baroda

Moon of Baroda on Marilyn Monroe

L’histoire raconte que si le diamant Moon of Baroda traverse la mer ou l’océan, il portera malheur à son propriétaire. Malheureusement, les rumeurs semblent être vraies.

Découvert à l’origine il y a environ 500 ans dans la région indienne de Golconda, le diamant jaune fantaisie a été façonné en une pierre en forme de poire de 24,04 carats. Pendant des siècles, il a été détenu par les Gaekwads de Baroda, une dynastie royale indienne qui a régné sur une grande partie du pays occidental pendant quelque 200 ans.

Au milieu du XVIIe siècle, il a brièvement appartenu à l’impératrice Marie-Thérèse d’Autriche, la mère de la malheureuse Marie-Antoinette. Après sa mort, il a été rendu à la famille Gaekwad. Certains pensent que sa mort est due à la traversée de la mer par le diamant maudit.

En 1953, le diamant Moon of Baroda est acheté par Meyer Rosenbaum de la Meyer Jewelry Company à Détroit. Homme de marketing astucieux, il place le diamant exceptionnel sur un cordon de cuir (un geste rebelle à l’époque) et l’offre à Marilyn Monroe pour qu’elle le porte lors du tournage du film Les hommes préfèrent les blondes en 1953. La bombe blonde a rendu le diamant célèbre. Mais la même année, la carrière et la vie personnelle de Marilyn Monroe s’effondrent.

Le diamant Moon of Baroda a été enregistré dans des ventes aux enchères en 1990 et 2018, mais ses propriétaires ont choisi de rester anonymes, nous ne connaissons donc pas leur sort. Soyez assuré que si vous voyez le diamant porté par Ana de Armas dans le prochain film Blonde, il ne s’agit pas de la vraie pierre.