Diamants d’Exception

Le Diamant Hope : L’histoire et l’étude scientifique de cette pierre bleue exceptionnelle

Le Dr Sally Eaton-Magaña du GIA (Gemological Institute Of America) nous fait part de son étude sans précédent sur le célèbre diamant.

Le Diamant Hope de 45,52 carats au Smithsonian National Museum of Natural History. Crédit Photo: Marvin Joseph/The Washington Post

Le diamant Hope est l’un des diamants les plus célèbres de l’histoire. C’est une pierre précieuse de légendes, de rois et de superstitions. Ce diamant Fancy bleu-gris de 45,52 carats a une histoire incomparable et une combinaison extraordinaire de propriétés physiques.  Au cours de sa longue histoire, il a croisé la route de la monarchie française – les rois Louis XIV à Louis XVI – et probablement celle du monarque britannique, le roi George IV.  Il a appartenu à de riches marchands et à certaines des personnes les plus connues dans le monde de la joaillerie – Pierre Cartier et Harry Winston.

“Un minuscule fragment du ciel de minuit, tombé sur la terre et qui brille encore de la lueur des étoiles.”

Washington Post, 1947
hope diamond
Le diamant Hope de 45,52 carat avec sa couleur Fancy bleu-gris. Crédit Photo : Smithsonian Institution

Un regard plus attentif sur le diamant Hope

En 2005, j’ai eu la chance de faire partie d’une équipe de recherche qui a documenté et étudié sa phosphorescence rouge. Avant cette étude, la phosphorescence du diamant Hope avait été observée à de nombreuses reprises auparavant, mais n’avait pas été étudiée. Nous reviendrons sur ces observations plus loin, mais ces journées captivantes ont été pour moi une opportunité passionnante. C’était fascinant de pouvoir tenir cette pierre singulière et de partager brièvement l’histoire incomparable de ce diamant.

hope diamond
Dr. Sally Eaton-Magaña avec le Diamant Hope. Le diamant a été retiré de l’exposition pour être étudié dans les coulisses du Smithsonian’s National Museum.

L’histoire du Diamant Hope

Le diamant Hope doit son nom à l’un de ses premiers propriétaires documentés, Henry Philip Hope. Il s’agissait d’un riche banquier britannique et d’un collectionneur passionné de pierres précieuses et de peintures. Le diamant faisait partie de ses biens à sa mort. Il a été transmis par sa famille jusqu’à ce qu’il soit vendu à un bijoutier en 1901. Il a changé de mains plusieurs fois jusqu’à ce qu’il soit acheté en 1912 par Evalyn Walsh McLean, une mondaine de Washington D.C., qui en est restée propriétaire jusqu’à sa mort en 1947. Harry Winston en est devenu le propriétaire pendant les onze années suivantes, jusqu’à ce qu’il fasse don du diamant Hope à la Smithsonian Institution en 1958. Désormais, la pierre précieuse appartient à tous les Américains.

Comment l’histoire de cet illustre diamant a-t-elle commencé ? Le Tavernier Blue était un diamant bleu de 115 carats rapporté d’Inde en France et acheté par le « Roi Soleil », Louis XIV, en 1673. Cette pierre a été retaillée par son joaillier royal pour devenir le French Blue de 69 carats. En fait, ce bijoutier a façonné le diamant de telle sorte que, lorsqu’il était recouvert d’or, un soleil brillait dans le champ central de couleur bleue – un exploit qui a sans doute ravi le roi.

hope diamond science
Photosimulation of the 69 carat ‘French Blue’ diamond with a gold backing that was part of the French Crown jewels for King Louis XIV, the Sun King.

Photosimulation du diamant « French Blue » de 69 carats avec un support en or qui faisait partie des joyaux de la couronne française du roi Louis XIV, le Roi Soleil.

Ce magnifique diamant bleu a été volé pendant la Révolution française en 1792. Vingt ans plus tard, un diamant bleu plus petit (mais toujours aussi spectaculaire) de 45 carats a fait surface à Londres. Ce diamant, qui sera finalement connu sous le nom de diamant Hope, est apparu quelques jours seulement après l’expiration du délai de prescription de vingt ans pour les crimes commis pendant la Révolution française. Cependant, il existe peu d’informations sur l’identité de l’auteur de la nouvelle taille de la pierre précieuse. Bien que l’on ait spéculé pendant des décennies sur le fait que le French Blue perdu et le Hope Diamond étaient en fait la même pierre, des preuves convaincantes n’ont été présentées qu’au milieu des années 2000. 

Des répliques réalistes du Tavernier Blue de 115 carats (le diamant bleu original qui a été offert au roi Louis XIV) et du French Blue de 69 carats ont été créées. Des modèles informatiques ont été élaborés pour les trois diamants afin de vérifier que le Hope pouvait être entièrement contenu dans le French Blue. Certaines des caractéristiques de la taille du diamant Hope, comme sa forme asymétrique, s’expliquent mieux par son passé de diamant bleu français de 69 carats.

hope diamond science
Ces modèles informatiques montrent que le diamant Hope est niché à l’intérieur du French Blue et du Tavernier Blue. Ils constituent la preuve la plus convaincante à ce jour que le diamant Hope est issu du joyau de la couronne française. Crédit Photo : Museum Diamonds.

Qu’y avait-il donc de si spécial dans le diamant Hope pour qu’il suscite une attention aussi importante et royale ? Le diamant Hope a été évalué par le GIA en 1988 et en 1996. Ce diamant de 45,52 carats a une forme de coussin antique brillant et une pureté VS1. Son grade de couleur est Fancy Deep bleu-gris. Cette couleur bleue profonde est due à une concentration incroyablement élevée d’impuretés de bore observables dans le diamant ; la valeur a été déterminée comme étant d’environ 1,7 parties par million.

hope diamond gia grading report
Excerpt of the GIA diamond grading report (# 5230103) issued in 1988. The color for the Hope Diamond was described as Fancy Deep grayish blue in an updated report in 1996.

Extrait du rapport du GIA de classement du diamant (n° 5230103) publié en 1988. La couleur du diamant Hope a été décrite comme Fancy Deep bleu-gris dans un rapport actualisé en 1996.

La grande majorité des diamants naturels (environ 99 %) contiennent des quantités élevées d’impuretés azotées, les 1 % restants ayant peu ou pas d’azote détectable. Moins de 0,1 % des diamants contiennent du bore détectable, comme le diamant Hope. Parmi ceux-ci, la grande majorité présente des quantités de bore inférieures à celles du diamant Hope, la plupart ayant des concentrations inférieures à 0,5 partie par million.  Par conséquent, tout diamant naturel contenant une telle quantité de bore est extrêmement rare et le fait qu’il soit présent dans un diamant de cette taille rend cette pierre précieuse vraiment rare.

Une autre caractéristique extraordinaire du diamant Hope est sa phosphorescence rouge feu. Lorsque le diamant est exposé à la lumière ultraviolette (UV), il brille comme une braise ardente pendant plus d’une minute. Tout comme la couleur bleue du diamant, la phosphorescence rouge est également liée au bore qui a été incorporé au diamant lors de la formation de la pierre précieuse. Lorsqu’ils sont exposés à des rayons UV de courte longueur d’onde, ces atomes de bore interagissent avec d’autres impuretés présentes dans le diamant, ce qui provoque l’émission de lumière visible par la pierre précieuse. L’éclat rouge vif, associé à sa durée prolongée, rend ce trait tout à fait distinctif pour le diamant.

hope diamond
Le diamant Hope brille d’un rouge ardent lorsqu’il est exposé à une lumière UV à ondes courtes. Il stimule des bandes de phosphorescence situées à 500 nm et 660 nm. Photos de Chip Clark and John Nels Hatleberg

La superstition et les soupçons de malédiction ont entouré l’histoire du diamant Hope pendant des décennies. Néanmoins, les examens scientifiques du diamant, en particulier au cours des vingt dernières années, ont permis de découvrir nombre de ses secrets de longue date. Parmi ces recherches récentes, citons la modélisation informatique qui a démontré de manière convaincante son origine en tant que French Blue, les détails spectroscopiques et les origines de sa phosphorescence, ainsi que la détermination de sa concentration totale en bore et de sa concentration en bore observable.

harry winston holding the hope diamond
Harry Winston présente quelques-unes des pierres précieuses de sa collection dans la paume de sa main gantée de blanc, notamment le saphir de la Grande Catherine (à côté du pouce), le diamant Hope (entre l’index et le majeur), l’émeraude royale d’Espagne (verte), l’Idol’s Eye (à gauche de l’émeraude), le diamant Jonker (C, taille carrée), le diamant Star of the East (en forme de larme, en bas), un gros rubis et une paire de diamants en forme de poire de 50 carats. (Photo de Bernard Hoffman/The LIFE Picture Collection/Getty Images)

Bien que ce diamant soit passé entre de nombreuses mains avant d’arriver au Smithsonian, où il continuera à captiver des millions de visiteurs, il est surprenant que cette pierre précieuse ait trouvé son nom grâce à l’un de ses premiers propriétaires documentés : Hope. Le concept d’espoir est un sentiment universellement humain et une appellation appropriée pour cette pierre précieuse inestimable.